Eme par-ci, par-là

14 décembre 2018

Dream it possible -Delacey

dream it possible ♪

I will run, I will climb, I will soar
I'm undefeated oh oh
Jumping out of my skin, pull the chord
Yeah I believe it
The past is everything we were
Don't make us who we are
So I'll dream, until I make it real
And all I see is stars
It's not until you fall that you fly
When your dreams come alive
You're unstoppable
Take a shot, chase the sun
Find the beautiful
We will glow in the dark
Turning dust to gold
And we'll dream it possible
Possible
And we'll dream it possible
I will chase, I will reach, I will fly
Until I'm breaking, until I'm breaking
Out of my cage, like a bird in the night
I know I'm changing, I know I'm changing in
Into something big
Better than before
And if it takes, takes a thousand lives
Then it's worth fighting for
It's not until you fall that you fly
When your dreams come alive

You're unstoppable
Take a shot, chase the sun
Find the beautiful
We will glow in the dark
Turning dust to gold
And we'll dream it possible
Possible
From the bottom to the top
We're sparking wild fire's
Never quit and never stop
The rest of our lives
From the bottom to the top
We're sparking wild fire's
Never quit and never stop
It's not until you fall that you fly
When your dreams come alive
You're unstoppable
Take a shot, chase the sun
Find the beautiful
We will glow in the dark
Turning dust to gold
And we'll dream it possible
Possible
And we'll dream it possible

Posté par LespetitsPOEme à 18:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 décembre 2018

Recette rose des sables facile.

Préparation :15 min.

Cuisson :0min.

Repos au frais :1h

 

Pour 30 pièces environ:

-70g de corn-flakes (non sucrés de préférence)

-100g de chocolat noir

-100g de beurre (doux de préférence)

-50g de sucre glace

 

1.Faire fondre le chocolat et le beurre au bain marie. Bien remuer.

2.Toujours sur le feu, ajouter progressivement le sucre glace en remuant pour obtenir un mélange bien onctueux.

3.Dans un saladier, verser le chocolat sur les corn flakes.

4.Mélanger doucement pour bien enrober les pétales.

5.Former des petits tats  sur un plaque ( recouverte de papier sulfurisé ou d'aluminium), une assiette ou dans une mini-caissette.

6.Laisser durcir 1h au réfrégérateur.

 

Conseil d'Eme:

Vous pouvez mettre du chocolat blanc ou du chocolat au lait pour remplacer le chocolat noir. A préparer surtout en hiver dans les périodes de Noël !!

 

 

Posté par LespetitsPOEme à 13:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 septembre 2018

La chanson du faux par Norman

DJ Khaled, We The Best Music
C'est faux, c'est Missak à la prod, haha
C'est nos vraies vies à tous
Let's go

Quand y’a pas d'témoin aux toilettes, je me lave quand même les mains (faux)
Lors d’une soirée Netflix à deux, on voit l’film jusqu’à la fin (faux)
J’ai vraiment lu tous les livres qu’il y avait dans ma bibliothèque (faux)
Youtube, ça a plus de 10 ans, maintenant, les médias nous respectent (faux)
Faire 8 ans d’allemand, c’est vraiment super utile dans la vie (faux)
Quand tu vas en boite en couple, tu t’amuses vraiment (faux)
Si j’ai téléchargé Tinder, c’est juste pour tester l’appli (faux)
Faire la blague d’enlever la casquette des gens, c’est hyper marrant (faux)

Faux, faux
Faux, faux, faux, faux
Faux, faux, faux
Faux, faux, faux, faux
Faux, faux
Faux, faux, faux, faux


Faux, faux, faux
Faux, faux, faux, faux

On va s'prendre une dose de bonheur
Vous êtes prêts ?
Tout le monde a la banane
Let's go

Mon jogging me sert à faire du jogging (faux)
J’remets jamais un caleçon deux jours de suite (faux)
J’te donnerai pas l’code de mon portable mais j’ai rien à cacher (faux)
Mes meilleures idées sont celles que j’ai sous weed (faux)
Quand j’dis que c’est la dernière fois qu'je bois, c’est bien la dernière fois (faux)
Si dans tes DM, j’te propose un iPhone, c’est vraiment moi (faux)
J'te l’offrirai plus tard ton cadeau d’anniv' (faux)
Quand t’es le seul à avoir le permis, tu d’viens le taxi (ah, ça par contre, c'est vrai)

Faux, faux
Faux, faux, faux, faux
Faux, faux, faux
Faux, faux, faux, faux
Faux, faux
Faux, faux, faux, faux
Faux, faux, faux
Faux, faux, faux, faux

Faut arrêter d'se mentir à soi-même
I got it!

Le débat chocolatine-pain au chocolat est passionnant (faux)
Pour faire les bébés, papa met une petite graine dans maman (faux)
Les vegans parlent souvent d’autre chose que du fait d’être vegan (faux)
La photo du burger et celui servi sont ressemblants (faux)
Ta première fois s’est vraiment passée comme tu l’imaginais (faux)
Depuis que t’es en couple, t’as clairement arrêté d’te masturber (faux)
Si tu t’mets au fond de la classe, c’est parce que tu vois mieux de loin (faux)
T’es capable de citer une chanson du groupe dont tu portes le t-shirt (faux)

Quand j'étais petit, j'étais un enfant à problèmes
Je n’avais pas beaucoup d’amis, je me suis réfugié dans mon univers
C’est faux, j’étais un mec normal en fait

Faux, faux
Faux, faux, faux, faux
Faux, faux, faux
Faux, faux, faux, faux
Faux, faux
Faux, faux, faux, faux
Faux, faux, faux
Faux, faux, faux, faux

Posté par LespetitsPOEme à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Luigi clash Mario par Norman

Vingt années que yé suis dans le game, et ye sais que
Mario sera toujours le favori, le préféré, le numéro un.
Mais bon, au fond de mon cœur ça n'me dérange pas...
FAUX!

Je n'suis plus gentil, Luigi sort la kalash'
Pendant son sommeil, j'vais lui refaire la moustache
On verra bientôt qui sera le champion
Quand j'lui ferai avaler ses deux-cents champignons
Mon kart est pourave, il tombe toujours en panne
J'peux pas tourner, j'me prends toutes les peaux d'banane
Pour lui niquer sa race, je n'ai qu'une carapace
Moi j'veux qu'on case le mode kamikaze
Comment voulez-vous que Mario soit le maître?
Alors que ce mec mesure moins d'un mètre?
Cette petite lopette s'habille en salopette
Alors que moi... Ah ouais moi aussi en fait

L.U.I.G.I: mon nom c'est Luigi
Here we, here we go: c'est la fin de Mario
L.U.I.G.I: mon nom c'est Luigi
Here we, here we go: c'est la fin de Mario

Hé moi j'suis vénère j'dois m'habiller en vert
Avec cette couleur, on m'prend pour un éboueur
Mario par-là, Mario par-ci
Le perso qu'on choisit ce n'est jamais Luigi
Pourtant j'fais des efforts, Luigi fait du sport
J'ai un max de pecs, lui est gros comme un porc
Luigi's Mansion c'était ma carrière solo, mais en arme de
tueur
Ils m'ont mis un aspirateur...

Hé! Regardez la femme de ménage avec son aspirateur! On
fait la poussière?
Hum, non non... Ouais.

L.U.I.G.I: mon nom c'est Luigi
Here we, here we go: c'est la fin de Mario
L.U.I.G.I: mon nom c'est Luigi
Here we, here we go: c'est la fin de Mario

Je n'ai pas la peste, je n'suis pas boiteux
Alors pourquoi Luigi est toujours le joueur deux?
Putain ça m'saoule, Mario fait des couv'
Pendant que Luigi est derrière en tout petit
Sa meuf s'appelle Peach: c'est l'nom d'une brioche
S'ils font un gosse, putain il sera méga moche
Mario a du talent? Ce n'est pas si sûr
Vu qu'toutes ses cascades sont faites par une doublure
Tellement Mario pèse qu'il a sa figurine Pez
Il prend le melon, traîne avec Alain Delon
Il gère des go, prend des cachets illégaux
Mais l'meilleur épisode, c'est quand j'l'ai vu pécho Toad

Nan, nan, nan, nan. Nan... On, on faisait...
Rien. On faisait rien... Ah j'ai bien fait pipi
Tu veux, tu veux... Tu veux venir?
Non merci..."

L.U.I.G.I: mon nom c'est Luigi
Here we, here we go: c'est la fin de Mario
L.U.I.G.I: mon nom c'est Luigi
Here we, here we go: c'est la fin de Mario

L.U.I.G.I: mon nom c'est Luigi
Here we, here we go: c'est la fin de Mario
L.U.I.G.I: mon nom c'est Luigi
Here we, here we go: c'est la fin de Mario

Tu ramasses toutes les pièces mais t'es pas milliardaire
Mario est locataire, Luigi est propriétaire!
J'suis propriétaire, Luigi est propriétaire!
J'suis propriétaire, Luigi est propriétaire!
J'suis propriétaire, Luigi est propriétaire!
J'suis propriétaire! Luigi Babe!

Posté par LespetitsPOEme à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2018

Marie - Johnny Hallyday

Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l'on me fait
Oh Marie si je pouvais
Dans tes bras nus me reposer

Évanouie mon innocence
Tu étais pour moi ma dernière chance
Peu à peu tu disparais
Malgré mes efforts désespérés

Et rien ne sera jamais plus pareil
J'ai vu plus d'horreurs que de merveilles
Les hommes sont devenus fous à lier
Je donnerais tout pour oublier

Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l'on me fait
Oh Marie si je pouvais
Dans tes bras nus me reposer



Et je cours toute la journée
Sans savoir où je vais
Dans le bruit dans la fumée
Je vois des ombres s'entretuer

Demain ce sera le grand jour
Il faudra faire preuve de bravoure
Pour monter au front, en première ligne
Oh Marie je t'en prie fais-moi un signe

Allongé dans l'herbe je m'éveille
J'ai vu la mort dans son plus simple appareil
Elle m'a promis des vacances
Oui la mort m'a promis sa dernière danse

Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l'on m'a fait
Oh Marie j'attendrai qu'au ciel
Tu viennes me retrouver
Oh Marie j'attendrai qu'au ciel
Tu viennes me retrouver

Posté par LespetitsPOEme à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Mistral Gagnant - Renaud

A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder les gens tant qu'y en a
Te parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra
En serrant dans ma main tes p'tits doigts
Pi donner à bouffer à des pigeons idiots
Leur filer des coups d'pied pour de faux
Et entendre ton rire qui lézarde les murs
Qui sait surtout guérir mes blessures
Te raconter un peu comment j'étais, mino
Les bombecs fabuleux qu'on piquait chez l'marchand
Car-en-sac et Mintho caramels à un franc
Et les Mistral gagnants

A marcher sous la pluie cinq minutes avec toi
Et regarder la vie tant qu'y en a
Te raconter la terre en te bouffant des yeux
Te parler de ta mère un p'tit peu
Et sauter dans les flaques pour la faire râler
Bousiller nos godasses et s'marrer
Et entendre ton rire comme on entend la mer


S'arrêter, repartir en arrière
Te raconter surtout les carambars d'antan et les coco-boers
Et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres et nous niquaient les dents
Et les Mistral gagnants

A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Regarder le soleil qui s'en va
Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fous
Te dire que les méchants c'est pas nous
Que si moi je suis barge ce n'est que de tes yeux
Car ils ont l'avantage d'être deux
Et entendre ton rire s'envoler aussi haut
Que s'envolent les cris des oiseaux
Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie et l'aimer même si
Le temps est assassin et emporte avec lui
Les rires des enfants et les mistral gagnants

Et les mistral gagnants

Posté par LespetitsPOEme à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les Aventures De Gerard Lambert - Renaud

Quatorze avril 77,
dans la banlieue où qu'y fait nuit,
la petite route est déserte,
Gérard Lambert rentre chez lui.
Dans le lointain les mobylettes
poussent des cris...
Ça y est, j'ai planté le décor,
créé l'climat de ma chanson,
ça sent la peur, ça pue la mort,
j'aime bien c't'ambiance pas vous ? Ah bon !
Voici l'histoire proprement dite,
voici l'intrigue de ma chanson
Gérard Lambert roule très vite,
le vent s'engouffre dans son blouson.
Dans le lointain les bourgeois dorment
comme des cons...
Lorsque soudain survient le drame,
juste à la sortie d'un virage,
y'a plus d'essence dans la bécane,
Gérard Lambert est fou de rage !



T'aurais pas dû, Gérard Lambert,
aller ce soir là à Rungis,
t'aurais dû rester chez ta mère,
Comme un bon fils.

Il met sa mob sur la béquille,
s'assied par terre et réfléchit :
dans cette banlieue de bidonvilles
y'a pas une pompe ouverte la nuit !
Dans le lointain y'a une sirène
qui s'évanouit...
Qu'est-c'que j'vais faire, bordel de Dieu ?
J'vais quand même pas rentrer à pied ?
Plus il s'angoisse moins ça va mieux,
quand soudain lui vient une idée :
j'vais siphonner un litre ou deux
dans l'réservoir de cette bagnole,
et pis après j'lui crève les pneus,
comme ça, gratuit'ment par plaisir,
'faut bien qu'j'me défoule un p'tit peu,
j'suis énervé...
Une fois son forfait accompli,
Gérard Lambert va repartir,
la mobylette veut rien savoir,
c'est l'Bon Dieu qui l'a puni !

T'aurais pas dû, Gérard Lambert,
Aller ce soir là à Rungis,
T'aurais dû rester chez ta mère
Comme un bon fils.

Alors, pendant une demi-heure,
Dans son moteur il tripatouille
Il est crevé, il est en sueur
Il a du cambouis jusqu'aux coudes
Dans le lointain le jour de lève comme d'habitude
A c'moment là un mec arrive
Un p'tit loubard aux cheveux blonds
Et qui lui dit comme dans les livres :
S'te plaît dessine moi un mouton
Une femme à poil ou calibre,
Un cran d'arrêt, une mobylette,
Tout c'que tu veux mon pote, t'es libre
Mais dessine-moi quelque chose de chouette !
Dans le lointain il s'passe plus rien du moins il m'semble

Alors, d'un coup d'clé à molette,
Bien placé entre les deux yeux,
Gérard Lambert éclate la tête
du Petit Prince de mes deux
Faut pas gonfler Gérard Lambert
quand il répare sa mobylette,
C'est la morale de ma chanson,
Moi j'la trouve chouette,
Pas vous ? Ah bon...

Posté par LespetitsPOEme à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Des Que Le Vent Soufflera - Renaud

"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"
Moi la mer elle m'a pris
Je m'souviens, un mardi

J'ai troqué mes santiag'
Et mon cuir un peu zone
contre une paire de dockside
Et un vieux ciré jaune,

J'ai déserté les crasses
Qui m'disaient : Sois prudent
La mer c'est dégueulasse
Les poissons baisent dedans !

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"


Moi la mer elle m'a pris
Au dépourvu, tant pis...

J'ai ue si mal au coeur
Sur la mer en furie
Qu'j'ai vomi mon quatre-heures
Et mon minuit aussi.

J'me suis cogné partout
J'ai dormi dans des draps mouillés
Ca m'a coûté des sous
C'est d'la plaisance, c'est l'pied !

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme
Mais elle prend pas la femme
Qui préfère la campagne.

La mienne m'attend au port
Au bout de la jetée
L'horizon est bien mort
Dans ses yeux délavés,

Assise sur une bitte
D'amarrage, elle pleure
Son homme qui la quitte,
La mer c'est son malheur !

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"
Moi la mer elle m'a pris
Comme on prend un taxi...

Je f'rai le tour du monde
Pour voir à chaque étape
Si tous les gars du monde
Veulent bien m'lâcher la grappe,

J'irai z'aux quatre vents
Foutre un peu le boxon
Jamais les océans
N'oublieront mon prénom...

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"
Moi la mer elle m'a pris
Et mon bateau aussi...

Il est fier mon navire
Il est beau mon bateau
C'est un fameux trois-mâts
Fin comme un oiseau hisse ho !

Mais Tabarly Pajeot
Kersauzon et Riguidel
Naviguent pas sur des cageots
Ni sur des poubelles !

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme"
Moi la mer elle m'a pris
Je m'souviens, un vendredi

Ne pleure plus ma mère
Ton fils est matelot
Ne pleure plus mon père
Je vis au fil de l'eau,

Regardez votre enfant
Il est parti marin
Je sais c'est pas marrant
Mais c'était mon destin.

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

Dès que le vent soufflera je repartira
Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...

Posté par LespetitsPOEme à 14:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'ai embrassé un flic - Renaud

Nous étions des millions
Entre République et Nation
Protestants et catholiques
Musulmans, juifs et laïcs
Sous le regard bienveillant
De quelques milliers de flics
Solidaires avec ceux de Charlie

Et puis j'ai vu défiler
Quelques bandits notoires
Présidents, sous ministres
Et petits rois sans gloire
Et j'ai vu, et j'ai vu
Le long du trottoir un flic
Qui avait l'air sympathique
Alors je l'ai approché
Et j'ai embrassé un flic

J'ai embrassé un flic
Entre Nation et République


J'ai embrassé un flic
Ça change des coups de triques
J'aurais pas cru y'a trente ans
Qu'au lieu de leur balancer
Des pavés à tour de bras
J'en serrerais un contre moi
Car je me suis approché
Oui je me suis approché
Et j'ai embrassé un flic

Nous marchions vers la Nation
Fraternels et pacifiques
Sous le regard bienveillant
De quelques milliers de flics
Et les snipers sur les toits
Nous faisaient avec leur bras
De grand signes d'amitié
Et de solidarité
Alors pour les remercier
Et pour la première fois
De ma vie d'anarchiste
J'suis allé embrasser un flic

Oui je me suis approché
Et j'ai embrassé un flic
Oui je me suis approché
Et j'ai embrassé un flic
Oui je me suis approché
Et j'ai embrassé un flic
Oui je me suis approché
Et j'ai embrassé un flic
Et j'ai embrassé un flic

Posté par LespetitsPOEme à 14:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Toujours Debout - Renaud

Toujours vivant, rassurez vous
Toujours la banane toujours debout
J'suis retapé, remis sur pieds
Droit sur mes guibolles ressuscité
Tous ceux qui tombent autour de moi
C'est l'hécatombe, c'est Guernica
Tous ceux qui tombent, tombent à tour de bras
Et moi je suis toujours là

Toujours vivant, rassurez vous
Toujours la banane, toujours debout
Il est pas né ou mal barré
Le crétin qui voudra m'enterrer
J'fais plus les télés, j'ai même pas internet
Arrêté de parler aus radios, aux gazettes
Ils m'ont cru disparu, on me croit oublié
Dites à ces trous du cul, j'continue d'chanter

Et puis tous ces chasseurs de primes
Paparazzis en embuscade


Qui me dépriment, et qui n'impriment
Que des ragots, que des salades
Toutes ces rumeurs sur ma santé
On va pas en faire une affaire
Et que celui qui n'a jamais titubé
Me jette la première pierre

Toujours vivant, rassurez vous

Toujours la banane, toujours debout
Il est pas né ou mal barré
L'idiot qui voudrait m'remplacer
Je dois tout l'temps faire gaffe
Derrière chaque buisson
A tous ces photographes
Qui vous prennent pour des cons
Ceux là m'ont enterré
Un peu prématuré
Dites à ces enfoirés j'continue d'chanter

Mais je n'vous ai jamais oublié
Et pour ceux à qui j'ai manqué
Vous les fidèles, je reviens vous dire merci
Vous m'avez manqué vous aussi
Trop content de vous retrouver
Je veux continuer nom de nom
Continuer à écrire et à chanter
Chanter pour tous les sauvageons

Toujours vivant, rassurez vous
Toujours la banane, toujours debout
Il est pas né ou mal barré
Le couillon qui voudra m'enterrer
Depuis quelques années, je me suis éloigné
Je vis près des lavandes sous les oliviers
Ils m'ont cru disparu, on me croit oublié
Ces trous du cul peuvent continuer d'baver
Moi sur mon p'tit chemin j'continue d'chanter

Posté par LespetitsPOEme à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]